Pourquoi un blog SEO

Pourquoi lancer un blog SEO en 2015?

Si je m’écoutais, je ne me serais jamais lancé dans la création d’un blog SEO en 2015 presque 2016. Saturation de l’actu SEO d’une part, au point où tout le monde reprend les mêmes sujets, en commençant par un article sur « comment optimiser une balise Title » (tiens j’ai mon sujet pour le prochain article), et en finissant par relayer les annonces officielles de Google et les rumeurs de mise à jour d’algo; Multiplication des plateformes de medias sociaux/curation/recylcage/hybride/ajoutetonconceptici d’autre part, il faut être un peu maso pour partir tout seul un blog SEO (sans visée commerciale) sur un nom de domaine qui affiche fébrilement un petit 1 dans la case Domain Autority. Je devrais publier sur Medium, au moins j’aurais de la visibilité. Je compte le faire un jour (peut-être), mais ça n’a pas les avantages d’avoir son propre domaine, comme l’a d’ailleurs rappelé Rand dernièrement.

Parce que voilà, des raisons j’en ai quand même- appelez-ça des déraisons si vous voulez. Et je vais donc les exposer, autant pour me donner du courage que pour vous donner de bonnes raisons de vous lancer dans ce travail acharné de monter et d’entretenir un blog- qui dans notre cas parle de SEO.

 

Un nom de domaine qui ne « fite » pas

J’en ai bien un autre de site Web, plusieurs autres pour tout dire, mais j’en ai un (non entretenu) dont la thématique est proche du SEO. Il a 4 ans et un peu d’autorité, de quoi partir du bon pied en somme. Mais le nom de domaine est plus adapté au marketing de contenu qu’au SEO. Et comme je ne veux surtout pas confondre référencement et marketing de contenu (un rédacteur SEO, aussi bon soit-il, n’est pas référenceur, même s’il a ses succès SEO), j’ai décidé de choisir un nouveau nom de domaine, plus neutre.

 

Un nom de domaine qui « fite » partout.

J’ai donc choisi un nouveau nom de domaine. Après quelques heures de brainstorming, qui se sont transformées en quelques semaines, puis en quelques mois, j’ai trouvé mon nom de domaine. Voici ce qui m’a pris le plus de temps au final: quel type de nom de domaine choisir?

  • Choisir mon nom?

Solution la plus facile, d’autant que j’ai déjà le nom de domaine. mais je ne compte pas devenir consultant sous peu et même pour ça, pas besoin d’avoir son nom comme ndd. Je n’ai pas non plus l’intention de me prétendre gourou et proposer des formation « blogueur pro » à des âmes naïves. Pour me faire un nom? D’accord, mais je préfère laisser mon nom en dehors de tout ça.

  • Choisir un nom de domaine avec le mot-clé SEO dedans?

Tous les jeux de mots vaseux ont déjà été réservés (si si, je les ai tous testés). Et puis, comme certains experts marketing Web/auteurs Amazon nous le rabâchent depuis 2004, le SEO est mort. Donc lorsqu’il sera enterré (les funérailles tardent pas mal quand même), tous les sites avec SEO dans le ndd seront has been.

Mais après tout, est-ce que je ferai toujours du SEO en 2025 (je compte bien le garder 10 ans au moins ce blog, pas que ça à foutre de brainstormer des mois sur un ndd, et la même chose pour monter un WordPress à moitié correct). Je ne suis pas sûr. Le SEO me passionne bien sûr, mais finalement, si le SEO existera toujours (car Google never die) j’ai d’autres plaisirs dans ce vaste monde du Web.

  • Choisir un nom de domaine neutre?

Oui voilà, un nom de domaine qui me permet de parler SEO aujourd’hui, et de vendre des produits ménagers demain (djiinn le génie du nettoyage!). Bien sûr, un site qui parle de SEO pendant 5 ans puis passe aux produits ménagers, c’est un peu fort, mais je pourrai toujours le faire évoluer vers un domaine connexe, après tout le SEO touche à tous les métiers du Web. Donc voilà, je le tiens mon nom de domaine. Je vous passe le choix de djiinn, il y a des raisons que la raison ignore. Pas tant que ça pour être honnête mais j’y reviendrai plus tard, probablement dans un autre article. Passons donc à la suite.

 

Écrire, écrire, écrire

Ben oui, parce que pour ranker aujourd’hui, il faut écrire. Pas forcément des pavés, encore que pour positionner un article de blogue, faire plus de 2000 (bons) mots, ça aide. Mais surtout parce qu’écrire est une gymnastique qui se travaille, et que ces temps-ci, ce sont plutôt les autres qui écrivent pour moi, priorités oblige. Donc ce blog me permettra j’espère de dérouiller un peu mon clavier. Mon poignet va bien, merci.

 

Réviser ses acquis

Je m’en rends compte tous les jours, on a tous certains acquis SEO qui viennent d’on ne sait plus où, mais “ça marche je te dis, ça marche”. Se décider à publier un article qui aborde en profondeur un sujet nous amène à vérifier ou rechercher des informations complémentaires et des sources pour étayer et valider l’article. Et parfois on se rend compte que cette méthode n’est peut-être pas ou plus la meilleure au final. Et parfois ça permet tout simplement de se rappeler pourquoi on emploie cette méthode.

 

Partager

Un peu quand même. J’ai tendance à être de ceux qui ne croient pas en l’acte désintéressé. Je propose souvent mon aide, mais je suis bien conscient de le faire par envie, ou par acquis de conscience. Pas par une divine générosité qui m’a fait me lever le matin en me disant: tiens, je vais consacrer des heures par semaine à publier des articles sur le SEO pour aider la communauté, parce que j’aime partager des choses. J’attends en retour que tu aimes mon article et que tu me le dises, ou que tu n’aimes pas et que tu me dises pourquoi. Donc quand je dis partager, je pense bien sur à toi, lecteur, mais aussi à mon entourage. Pas ma mère, évidement. Mon entourage professionnel et mes amis qui travaillent dans le SEO ou des métiers proches, et à qui je dis chaque fois que je leur explique ou qu’ils m’expliquent quelque chose “ça ferait un bon article de blog tiens”. Eh ben voilà, maintenant, quand je dirai cette phrase, je saurai que j’ai du travail à abattre.

À propos de l'auteur: Julien

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas rendu publique.